Blog Image

blog@allopsy.net

Bonjour et bienvenue sur le Blog d' Allopsy.net!

Allopsy. net est un site de consultation psychologique en ligne existant depuis 2002.
Le Blog d'Allopsy.net est sur la toile dans le but de partager et d'échanger sur l'actualité en psychologie.
Bonne lecture et bon partage!

Pacemaker pour la maladie d’Alzheimer

Science Posted on Sun, December 09, 2012 21:22:37

La maladie d’ALZHEIMER a son premier pacemaker

Ces chercheurs du Johns Hopkins ont implanté le premier dispositif stimulateur dans le cerveau d’un patient présentant les premiers stades de la maladie d’Alzheimer. Cette première, aux Etats-Unis, utilise la technique de la stimulation cérébrale profonde déjà utilisée chez des milliers de patients atteints de la maladie de Parkinson. Ce pacemaker cérébral pourrait être la nouvelle option thérapeutique pour stimuler la mémoire et inverser le déclin cognitif.

Cette intervention prend place dans le cadre d’un essai multicentrique, financé par au niveau fédéral. Les chercheurs du Johns Hopkins, au lieu de se concentrer sur les traitements médicamenteux, dont beaucoup ont échoué, se concentrent ici sur l’utilisation de micro-courants électriques délivrés directement au cerveau. Ils ont ainsi implanté, dans un essai préliminaire, en 2010, le dispositif chez 6 patients canadiens, atteints de formes légères de la maladie d’Alzheimer. Les chercheurs ont constaté que ces patients montrent une augmentation soutenue du métabolisme du glucose, indicateur de l’activité neuronale, sur une période de 13 mois. En comparaison, la plupart des patients atteints de maladie d’Alzheimer non implantés, montrent une diminution du métabolisme du glucose au cours de la même période.

Une approche « mécanique » et non médicamenteuse : Un premier patient américain, dans ce nouvel essai, vient de subir la même intervention à l’Hôpital Johns Hopkins, et un second patient la subira ce mois-ci. Le neurochirurgien William S. Anderson, de John Hopkins, explique ses objectifs : « Les échecs récents des essais sur les médicaments dans le traitement de la maladie d’Alzheimer, tels que ceux destinés à réduire l’accumulation de plaques amyloïdes dans le cerveau rendent nécessaires le développement de stratégies alternatives». Au total, 40 interventions de ce type sont d’ores et déjà programmées en 2013 à l’Université Johns Hopkins et dans 4 autres établissements américains. A ce jour, seuls les patients à déficience cognitive légère sont concernés, afin de respecter le libre choix de participation des patients. Ces différents sites aux Etats-Unis, sont soutenus par les National Institutes of Health (NIH) et travaillent en étroite collaboration avec la société Functional Neuromodulation Ltd qui a développé le dispositif.
(Voir vidéo CBS News, en cliquant )

Une approche déjà bien éprouvée pour la maladie de Parkinson : Plus de 80.000 patients atteints de la maladie de Parkinson ont déjà reçu ce traitement par stimulation cérébrale profonde ces 15 dernières années, et les résultats sont là : Moins de tremblements et un traitement médicamenteux réduit par la suite. Enfin, la stimulation cérébrale profonde est également actuellement testée pour traiter la dépression et les troubles obsessionnels compulsifs résistants à d’autres thérapies.

Une intervention lourde ? L’intervention, chirurgicale, consiste à percer des trous dans le crâne pour implanter des fils de chaque côté du cerveau. Les « câbles » sont fixés au stimulateur qui génère, tel un pacemaker, de minuscules impulsions électriques dans le cerveau, imperceptibles par le patient, à raison de 130 fois par seconde. La stimulation cérébrale profonde semble déjà prometteuse pour le traitement de la maladie d’Alzheimer et au-delà, encourage déjà les chercheurs à développer des options moins invasives mais basées sur le même mécanisme. Des avancées d’autant plus précieuses alors qu’on prévoit, en 2050, un nombre de cas multiplié par 3, pouvant atteindre 16 millions, sauf à développer un traitement efficace.




Peut-on augmenter la durée de la vie ?

Science Posted on Sun, December 09, 2012 14:50:42

Un activateur de télomérases augmente la durée de vie

Une recherche révolutionnaire vantant les bénéfices de l’activation de la télomérase a été publiée dans la revue Aging Cell, la publication de référence en gériatrie et gérontologie. L’étude, intitulée « L’activateur de télomérase TA-65 rallonge lestélomères trop courts et augmente la durée de vie des souris adultes/âgées sans accroître l’incidence de cancer » décrit le mécanisme d’action du TA-65 et la réponse de l’organisme.

Plusieurs articles ont été publiés l’année dernière, qui démontraient que l’activation de la télomérase avait une véritable incidence sur la durée de vie sans que l’on dénote la moindre augmentation de la tumorigénèse ou d’autres effets secondaire négatifs. Publié dans le numéro de septembre 2010 de la revue Rejuvenation Research, un article évalué par les pairs intitulé « A Natural Product Telomerase Activator as Part of a Health Maintenance Program » (Un produit naturel activateur de télomérase comme élément d’un programme de santé) démontrait que le TA-65 activait transitoirement la télomérase, rallongeait les télomères trop courts, et réparait et restaurait le système immunitaire vieillissant chez l’humain.

En novembre 2010, la publication par la Harvard Medical School d’un article exceptionnel expliquant que l’on était parvenu à inverser la sénescence de mammifères pour la toute première fois avait fait sensation. Il y était démontré que l’activation de la télomérase (TA) entraînait le rajeunissement de cellules du cerveau, de la rate et des organes de reproduction. L’âge biologique de souris âgées de 80 ans à échelle humaine avait ainsi été ramené à celui de jeunes adultes. Dans une étude plus récente, les chercheurs d’Harvard avaient annoncé qu’ils pensaient que le raccourcissement des télomères était à l’origine du vieillissement. Ils y décrivaient la façon dont des télomères raccourcis entraînaient l’activation de la protéine P53 conduisant à une dégradation des mitochondries, signe d’un vieillissement des cellules.

Dans cette étude, Maria Blasco, directrice du centre espagnol de recherche sur le cancer, a démontré avec ses collègues que le TA-65, une molécule naturelle dérivée de l’astragale, activait l’enzyme de télomérase, rallongeait les télomères trop courts, réparait les cellules de différents systèmes d’organes et accroissait la durée de vie. Aucune de ces manifestations n’a été signalée dans le groupe de contrôle. Il est affirmé dans l’étude de Blasco qu’« un apport de TA-65 dans l’alimentation d’une souris femelle entraîne une amélioration de certains indicateurs de durée de vie, notamment une meilleure tolérance au glucose, à l’ostéoporose et un rajeunissement de la peau sans accroître l’incidence globale de cancer de façon significative ».

Selon Noel Thomas Patton, fondateur de TA Sciences, « Cette étude prouve l’efficacité et la légitimité du TA-65. Pour la première fois dans l’histoire de la médecine, nous détenons quelque chose qui a le potentiel de réduire efficacement, voire d’éliminer les effets invalidants du vieillissement et la dégradation causée par une télomérase insuffisante et des télomères trop courts ».